Archives mensuelles : septembre 2009

Entretien avec Stéphane Zibi: impact d’internet sur les medias et nouveaux business modèles

) Hello Stéphane ! Au cours de cette interview, nous allons discuter d’un sujet clé : les medias face à internet ; thème qui sera abordé sur l’une des tables rondes de Buzz The Brand. Mais avant, je te propose de nous expliquer ton parcours, de nous faire partager tes thèmes de prédilection…

Chère Eté Chantant, pas facile de résumer en quelques lignes mais cela fait une quinzaine d’années que je travaille sur, pour, avec ou dans Internet.
J’ai commencé dans un cabinet de consulting puis j’ai géré des projets dans l’audiovisuel pour une chaine de télévision, dirigé des studios et des agences digitales et participé à l’essor d’un site qui est devenu une référence dans son secteur (dans la santé et le bien être).
Depuis deux ans je fais pas mal de choses. Je participe au développement de start up à divers niveaux (conseil d’administration, aide pour la levée de fonds et conseil). Une des dernières en date à laquelle je crois beaucoup : SameSecret (www.samesecret.com) qui est le premier réseau sentimental qui permet à chacun de dévoiler ses sentiments à son entourage. Je continue à faire du conseil quasi exclusivement autour des médias sociaux auprès de grands comptes (luxe, médias, banques, institutions publiques, éditeurs et sport). 
J’écris enfin depuis 2005 de façon très irrégulière sur mon blog (www.blablaweb.fr) et gère aussi deux sites High tech (www.generationmp3.com & www.jeuxvideo.org).
  
2°) Internet est devenu un passage obligé pour les médias. Qu’est-ce que cela a changé dans la vie des medias presse, radio et télévision ?

Je répondrai par trois petits schémas :

Avant : les marques s’adressaient aux journalistes pour avoir une ouverture vers les médias qui leur permettaient d’avoir une forme de retour sur investissement pour faire de la publicité gratuite ou pas.
 

diagramme

Aujourd’hui :  Internet a changé la donne, les marques peuvent aussi s’adresser à d’autres relais d’opinion sur Internet à travers les blogs, les réseaux sociaux, les forums même il y a quelques années. Il y un nouvel acteur qui prend une part du gâteau, développant la méfiance (ou défiance) des journalistes. Donc l’écosystème est modifié voire même un peu brouillé.

Diagramme 
 
Demain : Ce qui serait dans un monde idéal c’est que l’on revienne à un schéma plus simple  obtienne le schéma suivant où un blogueur est un journaliste avec sa carte le définissant comme cela. Cela serait lisible pour les marques et les médias auraient ainsi toutes les clés pour être de véritables médias globaux.

tableau 
 
Le constat est donc simple : internet a bouleversé le paysage des médias, plus aucun ne se posera la question pour un nouveau projet de ne pas inclure une extension digitale.
Il y aura un avant et un après et les médias qui auront tout de suite pris le bon chemin du changement s’en sortiront le mieux.

3°) Bien que les modèles payants soient encore peu développés, les groupes de medias cherchent à diversifier leurs sources de revenus sur internet. Vers quels modèles se dirige-t-on ?

Il y a eu depuis plusieurs années quelques tentatives vers le payant (en parlant juste des contenus). Mais peu de succès marquants ne vinrent réellement changer les habitudes et augmenter les chiffres d’affaire de façon significative.
Le marché étant ce qu’il est, les modèles tout l’un (payant) ou tout l’autre (gratuit) sont maintenant révolus et à oublier.
Des modèles hybrides à savoir une plus ou moins grande partie gratuite et certains services et contenus payants représentent par contre des avantages indiscutables. Le Freemium que certains sites d’informations pratiquent depuis pas mal d’années et qui sont très rentables sera certainement l’un des mots les plus employés dans les mois à venir.
Il « suffit » maintenant juste de savoir quoi monétiser et comment….
 
4°) Une enveloppe de 18.5 millions d’euros a été dégagée par l’état pour la formation des journalistes de la presse écrite au numérique. Quels sont les nouveaux enjeux de leur métier et quelles nouvelles compétences doivent-ils développer aujourd’hui ?

Cette subvention me fait penser aux années 90 où l’Etat finançait l’achat d’ordinateurs ainsi que des formations pour favoriser l’utilisation de la carte vitale par les médecins et faciliter ainsi la télétransmission. Aujourd’hui personne n’imagine ne pas utiliser sa carte vitale. C’est donc à priori une bonne chose mais…
De nos jours les journalistes sont bien loin de ça car ils n’ont pas besoin de formation pour faire du copier/coller et de la bureautique. Par contre dans les usages et montrer qu’un contenu quel qu’il soit puisse être diffusé globalement et non plus sur le journal ou magazine seulement dans son format initial. Ca, cela aura de la valeur ! On pourra détailler lors de Buzz the Brand les quelques idées sur le sujet pour donner des plans de formation sur le Global Media.
Enfin mettre autant d’argent devra permettre de lever les derniers doutes pour les derniers sceptiques en matière de numérique et initier des projets ambitieux. Ainsi peut être que le Canard Enchainé aura un site d’ici la fin 2010.

5°) Dernière question rituelle : quel nom indien as-tu choisi ?

Bec sucré

Entretien avec Catherine Barba : E-commerce, ROI et medias sociaux

Bonjour Catherine, tu nous fais le plaisir d’intervenir sur Buzz The Brand sur la question stratégique du ROI . Tu es présidente fondatrice de du groupe Malinea . Peux-tu nous en dire plus ?

Le groupe Malinea est une société de 30 personnes, qui a pour vocation d’aider les entreprises qui vendent en ligne à optimiser l’efficacité et la rentabilité de leurs sites. Nous avons deux activités : un pole grand public, qui édite le site Cashstore et organise le Cybermonday, et un pole agence, qui conseille et accompagne nos clients dans leur stratégie et tactique e-commerce (améliorer la transformation, fidéliser…). Nous travaillons autant avec des grands comptes, des sociétés traditionnelles pour qui le e-commerce est une authentique révolution, qu’avec des e-marchands nés avec l’Internet, de vrais pro du ROI. Enfin nous organisons des ateliers e-commerce.

Comme tu travailles au quotidien avec des e-commerçants, j’avais envie de te demander quelle était leur vision du buzz, des blogs, des medias sociaux. Qu’observes-tu dans la sphère du e-commerce ?

Tu sais, les e-marchands sont avant tout des commerçants, leurs préoccupations sont très concrètes, tournées vers le service, l’amélioration de leur taux de transformation… chaque jour, ils travaillent sur les variables clés qui vont leur permettre de gagner des points de rentabilité. Dans ce cadre, je crois que pour beaucoup d’e-marchands, le 2.0 est plutôt une mode, pour d’autres un phantasme – le viral qui fait tout… Ils restent néanmoins très attentifs à tout ce qui, dans une optique toujours très ROIste, peut améliorer leur e-distribution, et à ce titre ils regardent de près s’il y a une logique économique à utiliser les réseaux sociaux. Le sujet les intéresse.

C'est pourquoi mon objectif sera surtout, sur Buzz The Brand, d'apporter le point de vue des e-commerçants attachés aux variables de ROI. Dans ce contexte, on étudiera ensemble comment cela peut avoir du sens de mettre en œuvre une stratégie de social media marketing.

Et en ce qui te concerne, quelles sont tes convictions ?

En 15 ans d’Internet, j’ai appris à ne pas en avoir… juste à être très pragmatique, tester sans cesse, mesurer, recadrer, garder ses antennes en alerte et aller vite dans l’exécution. Le buzz, les media sociaux doivent être testés, c’est à ce prix que l’on apprend.

En tant que membre officiel de la tribu BTB, qu’as-tu choisi comme nom indien ?

Lili la Tigresse

Merci !

Vanessa aka Eté Chantant